Chapitre 2

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Union européenne

Fil des billets

dimanche 19 mars 2017

Livre blanc sur l'avenir de l'Europe : dits et non-dits

La Commission européenne a publié, le 1er mars 2017, son « Livre blanc sur l’avenir de l’Europe »[1]. Le livre blanc permet à la Commission d’ « informer » le Conseil, le Parlement et les Etats membres de l’Union des sujets qui l’occupent, l’intéressent, orientent son action. D’un point de vue juridique, il n’a pas de force contraignante.

L’occasion symbolique en est les 60 ans du traité de Rome (pas de la première « optimisation fiscale » de Jean-Claude Juncker à l’école primaire, rassurez-vous) le contexte politique d’arrière-plan le Brexit, et la contrainte ponctuelle la série d’élections à venir sur le continent – vous savez, cette démocratie rarement d’accord avec l’Union européenne (UE), et qui d’ailleurs le lui rend bien. L’objectif de ce livre blanc est d’ouvrir une période de plusieurs mois de réflexions sectorielles (social, défense, monnaie, etc.) toutes menées par la Commission, dans une approche top down qui nous garantit que les débordements devraient être limités. Tout ceci nourrira le discours de Jean-Claude Juncker sur l’état de l’Union en septembre, et les réflexions du Conseil européen de fin d’année. On restera donc entre « sages », les marauds ne seront pas invités à donner leur avis, ce qui, soyons justes, évitera de l’ignorer par la suite, et les cochons seront bien gardés.

Lire la suite...

vendredi 23 décembre 2016

Austérité : la Grèce une nouvelle fois soumise au chantage

Chaque jour apporte la démonstration qu'on ne pourra rien faire de l'Union européenne.

Voici onze jours, l'Eurogroupe décidait d'aménager la dette grecque (aménagements au demeurant cosmétiques). Trois jours après cette décision, le premier ministre Tsipras annonce que l'Etat grec va verser aux retraités les plus pauvres une prime de Noël et ne procédera pas à la hausse de TVA prévue dans les îles grecques tant que persiste la crise migratoire. Le coût estimé de ces mesures est de 617 millions d'euros

Lire la suite...

dimanche 3 juillet 2016

Brexit : pour sortir de la confusion politique

« Défaite probable du Brexit. Déroute, donc, des souverainistes, des xénophobes, des racistes. Reste maintenant à refonder l’Europe ». On peut toujours compter sur le sens de l’Histoire de Bernard Henri Lévy pour poser sereinement les termes du débat public face à un événement politique majeur. Sans revenir sur l’erreur d’appréciation quant au résultat du vote du 23 juin 2016, ce qui est important, dans le tweet de l’intellectuel médiatique, c’est la confusion qu’il entretient à loisir entre le souverainisme, la xénophobie et le racisme (1). Et qu’il l’oppose à l’Europe.



Lire la suite...

lundi 27 juin 2016

Après le Brexit, décryptage des réactions socialistes

Après le « Brexit », retour sur deux textes passés trop inaperçus proposés par la délégation socialiste française au Parlement européen

 Chapitre 2 décrypte « Brexit : le Royaume-Uni va redevenir une île » (24 juin 2016) et son socle théorique,  « Pour une refondation profonde de l’Union européenne » (9 mai 2016)

Lire la suite...