Chapitre 2

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - UE

Fil des billets

dimanche 9 avril 2017

Le débat du 25 mars en images qui bougent !

Lire la suite...

jeudi 23 mars 2017

La présidentielle et l'UE : réponses de la France Insoumise au questionnaire de Chapitre2


Dans le cadre de l’élection présidentielle française 2017, le groupe de réflexion et d'action politique Chapitre 2 s’intéresse au rapport qu'entretient la gauche à la construction européenne.

Chapitre 2 a élaboré un questionnaire adressé aux différentes composantes de la gauche et de l'extrême-gauche françaises afin de comprendre comment celles-ci perçoivent cette thématique et de mieux cerner la méthode qu'elles compteraient employer pour gérer la contrainte européenne dans l’hypothèse où elles parviendraient au pouvoir étatique.

Charlotte Girard, co-responsable du programme, a bien voulu partager avec Chapitre2 les propositions de la France Insoumise sur l'Union européenne, notamment dans la perspective de la rencontre que nous organisons samedi 25 mars, à 16.30 au Lieu-Dit dans le XXème arrondissement de Paris. Pour vous, Chapitre2 reproduit ce courrier dans ce billet de blog.

Lire la suite...

La présidentielle et l'UE : Le programme du candidat socialiste sur l’Europe. « Continuer à pédaler » ?


Benoît Hamon, le candidat socialiste soutenu par le PS, EE-LV et le PRG, entend rendre l’Europe « désirable » autant que le futur dont il parle dans ses slogans de campagne. Rien de plus logique, tant l’avenir de la France semble pour lui indissociablement lié à celui d’une intégration européenne non seulement poursuivie, mais « réorientée » en fonction de valeurs et d’objectifs de gauche assez classiques. B. Hamon souhaite ainsi une Europe plus accueillante en ce qui concerne le droit d’asile, un plan d’investissement écologique accompagnant le relâchement des exigences de consolidation budgétaire sur les États membres, une harmonisation fiscale sociale entre ces derniers, et une démocratisation de la zone euro. Il promeut par ailleurs une « Europe de la défense » répondant au désengagement anticipé de la puissance américaine dans les mécanismes existants de sécurité collective (en ligne avec les dernières propositions de François Hollande).

Lire la suite...

dimanche 19 mars 2017

Livre blanc sur l'avenir de l'Europe : dits et non-dits

La Commission européenne a publié, le 1er mars 2017, son « Livre blanc sur l’avenir de l’Europe »[1]. Le livre blanc permet à la Commission d’ « informer » le Conseil, le Parlement et les Etats membres de l’Union des sujets qui l’occupent, l’intéressent, orientent son action. D’un point de vue juridique, il n’a pas de force contraignante.

L’occasion symbolique en est les 60 ans du traité de Rome (pas de la première « optimisation fiscale » de Jean-Claude Juncker à l’école primaire, rassurez-vous) le contexte politique d’arrière-plan le Brexit, et la contrainte ponctuelle la série d’élections à venir sur le continent – vous savez, cette démocratie rarement d’accord avec l’Union européenne (UE), et qui d’ailleurs le lui rend bien. L’objectif de ce livre blanc est d’ouvrir une période de plusieurs mois de réflexions sectorielles (social, défense, monnaie, etc.) toutes menées par la Commission, dans une approche top down qui nous garantit que les débordements devraient être limités. Tout ceci nourrira le discours de Jean-Claude Juncker sur l’état de l’Union en septembre, et les réflexions du Conseil européen de fin d’année. On restera donc entre « sages », les marauds ne seront pas invités à donner leur avis, ce qui, soyons justes, évitera de l’ignorer par la suite, et les cochons seront bien gardés.

Lire la suite...

samedi 18 mars 2017

La présidentielle et l'UE : les propositions d'EELV - Analyse de Chapitre2

Le 11 janvier 2017, Yannick Jadot, alors candidat à l'élection présidentielle pour Europe-écologie-Les Verts (EELV), présentait une trame de programme électoral (1). Le projet des écologistes y apparaît sous le nom de « La France vive ». Décrit comme étant « constructif et positif, bienveillant et exigeant, pragmatique et visionnaire », il est résumé dans la formule : « l’écologie se met au service de la France tout entière. »

Sous le titre « premières mesures des écologistes pour l’élection présidentielle 2017 », le document du 11 janvier est structuré en sept thématiques : le développement durable, la préservation du vivant, la protection des « forces vives », l'innovation, la démocratie « vivante », l'Europe, la paix et la solidarité dans le monde.

Lire la suite...

mercredi 15 mars 2017

Un nouveau débat participatif de Chapitre2 !

Lire la suite...

vendredi 23 décembre 2016

Austérité : la Grèce une nouvelle fois soumise au chantage

Chaque jour apporte la démonstration qu'on ne pourra rien faire de l'Union européenne.

Voici onze jours, l'Eurogroupe décidait d'aménager la dette grecque (aménagements au demeurant cosmétiques). Trois jours après cette décision, le premier ministre Tsipras annonce que l'Etat grec va verser aux retraités les plus pauvres une prime de Noël et ne procédera pas à la hausse de TVA prévue dans les îles grecques tant que persiste la crise migratoire. Le coût estimé de ces mesures est de 617 millions d'euros

Lire la suite...

mercredi 14 septembre 2016

L'arnaque à la démondialisation d'Arnaud Montebourg

Le 21 août 2016, à Frangy-en-Bresse (Saône-et-Loire), Arnaud Montebourg prononçait son discours de candidature à la présidence de la République. On se souvient qu'en 2011, il avait concouru à la primaire du Parti socialiste avec le slogan « votez pour la démondialisation » et avait recueilli 17,19 % des suffrages. Avant le saccage ultime de la Grèce par ses créanciers. Avant le calamiteux mandat que François Hollande aura passé, du début à la fin, à plat ventre devant Angela Merkel. Avant que le président de la Commission européenne Jean-Claude Junker ne déclare, dans un entretien accordé au journal espagnol El País le 4 mars 2015, que « les élections ne modifient pas les traités. » On pouvait donc s'attendre, de la part d'Arnaud Montebourg, à un discours « ultra-démondialisateur » et particulièrement offensif sur l'Union européenne, qui est l'un des principaux piliers de l'ordre mondial libre-échangiste.

Lire la suite...

dimanche 3 juillet 2016

Brexit : pour sortir de la confusion politique

« Défaite probable du Brexit. Déroute, donc, des souverainistes, des xénophobes, des racistes. Reste maintenant à refonder l’Europe ». On peut toujours compter sur le sens de l’Histoire de Bernard Henri Lévy pour poser sereinement les termes du débat public face à un événement politique majeur. Sans revenir sur l’erreur d’appréciation quant au résultat du vote du 23 juin 2016, ce qui est important, dans le tweet de l’intellectuel médiatique, c’est la confusion qu’il entretient à loisir entre le souverainisme, la xénophobie et le racisme (1). Et qu’il l’oppose à l’Europe.



Lire la suite...

lundi 27 juin 2016

Après le Brexit, décryptage des réactions socialistes

Après le « Brexit », retour sur deux textes passés trop inaperçus proposés par la délégation socialiste française au Parlement européen

 Chapitre 2 décrypte « Brexit : le Royaume-Uni va redevenir une île » (24 juin 2016) et son socle théorique,  « Pour une refondation profonde de l’Union européenne » (9 mai 2016)

Lire la suite...