Chaque jour apporte la démonstration qu'on ne pourra rien faire de l'Union européenne.

Voici onze jours, l'Eurogroupe décidait d'aménager la dette grecque (aménagements au demeurant cosmétiques). Trois jours après cette décision, le premier ministre Tsipras annonce que l'Etat grec va verser aux retraités les plus pauvres une prime de Noël et ne procédera pas à la hausse de TVA prévue dans les îles grecques tant que persiste la crise migratoire. Le coût estimé de ces mesures est de 617 millions d'euros